Préparer sa retraite quand on est chef d’entreprise

retraite dirigeant chef d'entreprise

La retraite est une étape critique dans la vie d’un chef d’entreprise confronté subitement à une chute conséquente de ses revenus, estimée entre 50% et 70% de son dernier salaire net selon les professions. Pour préparer en toute sérénité sa retraite, il existe un panel de solutions différenciées et adaptées au statut de salarié ou d’entrepreneur indépendant. Outre, l’aspect financier de la préparation de sa retraite, il est essentiel d’anticiper la succession de son entreprise avec soins.

Le chef d’entreprise, salarié de son entreprise

Un chef d’entreprise salarié de sa propre entreprise bénéficie des mêmes conditions de retraite que les autres salariés. Il est donc judicieux de s’affilier à un régime de retraite complémentaire.

L’épargne salariale est indispensable pour préparer sa retraite. Il ne s’agit pas d’un mécanisme individuel mais collectif. Elle doit donc être obligatoirement offerte à tous les salariés ou à une catégorie homogène d’entre eux, comme les cadres par exemple. Le financement de cette épargne est assuré par l’entreprise. De nombreux avantages fiscaux sont prévus par le législateur ainsi que des réductions sur le paiement des cotisations sociales.

  • Un régime de retraite complémentaire peut être créé. L’article 83 du Code général des impôts définit les conditions de déductions fiscales. L’épargne est alimentée par les cotisations prise en charge par l’entreprise. Cette épargne est bloquée jusqu’à la retraite et reversée uniquement sous forme de rente viagère.
  • Les retraites à prestations définies dites « retraites chapeaux » ou «retraites article 39 » en référence au Code général des impôts relèvent d’un mécanisme par lequel l’entreprise s’engage sur le montant qui sera versé au salarié. Les pouvoirs publics ont durci les prélèvements.
  • Le PEE (plan d’épargne entreprise) et le PERCO (plan d’épargne pour la retraite collectif) sont des contrats d’assurance retraite. Le PEE est un dispositif souple et séduisant car les montants versés sont déductibles des résultats de l’entreprise et sont soumis partiellement aux charges sociales. Les sommes sont bloquées pour une période de 5 ans minimum.
  • Les sommes versées sur un PERCO sont immobilisées jusqu’au départ à la retraite. Une fois la fin d’activité constatée, elles sont reversées sous forme de capital non imposable ou de rente viagère partiellement imposable.

Le chef d’entreprise, entrepreneur indépendant

Les entrepreneurs indépendants ou travailleurs non-salariés (TNS) bénéficient d’une protection moins avantageuse que celle offerte aux salariés. Ce constat est le même dans tous les secteurs de la protection sociale, épargne, prévoyance et retraite. A ce défaut structurel, il convient de tenir compte de revenus qui peuvent être irréguliers.

La loi Madelin définit des réductions d’impôts réservées aux travailleurs non-salariés (TNS) pour sanctuariser leurs compléments retraite. Ce dispositif fiscal a été instauré en 1994 pour les TNS non agricole et généralisés à tous les non-salariés à partir de 1997. Le conjoint collaborateur bénéficie des dispositions prévues par la loi Madelin.

Au titre des contrats Madelin, les cotisations versées pour constituer sa retraite sont déductibles du bénéfice imposable dans les conditions et limites imposées par la loi. Une fois la cession d’activité établie, une rente viagère est versée. Elle est soumise à l’impôt sur le revenu.

Le marché offre une large gamme de contrats de retraite mais d’une qualité inégale. Une étude personnalisée des futurs besoins doit être menée avec soin. Il est essentiel de se pencher sur plusieurs critères : les garanties prévoyance, l’offre financière, l’impact d’une augmentation de l’espérance de vie, les différents types de rente proposés et les coûts.

La cession de l’entreprise

Outre les différents mécanismes d’épargne en vue de sa retraite, il convient d’anticiper la cession de son entreprise. Les revenus tirés de cette cession permettent de constituer un capital important pour assurer des revenus complémentaire à sa retraite.

Une analyse approfondie doit être réalisée sur l’activité de l’entreprise, ses moyens, son bilan financier, son capital humain et ses engagements juridiques. Les éléments de réponses permettront de déterminer avec précision le montant escompté de la cession d’activité. Ce montant détermine l’effort d’épargne à poursuivre tout le long de sa carrière.

 

Régime général, régime complémentaire, dispositifs pour les salariés, mécanismes de retraites pour les non-salariés sont d’autant d’outils pour préparer une retraite en toute sérénité. Il existe également des produits individuels d’épargnes comme les assurances vie qui permettent de protéger ses proches.

Soyez le premier à commenter sur "Préparer sa retraite quand on est chef d’entreprise"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*