Zuckerberg impassible après deux jours d’audiences au Congrès

Mark Zuckerberg

Mark Zuckerberg est apparu en grande partie serein après deux journées éprouvantes d’audiences du Congrès, rassurant ses investisseurs par son assurance, alors même que les législateurs se moquaient de ses excuses au sujet de son incapacité à protéger la vie privée des utilisateurs et de ses engagements à faire mieux.

Assis seul à la table des témoins devant les sénateurs mardi et les députés mercredi, le cofondateur de Facebook Inc. est resté fidèle au thème qu’il s’était fixé, à savoir que le plus grand réseau social du monde n’a pas fait assez pour empêcher que ses outils soient utilisés pour nuire et à son mea culpa : « C’était mon erreur et j’en suis désolé. »

Le scepticisme général des législateurs des deux partis a été saisi par une question tout aussi simple posée par la représentante Janice Schakowsky, démocrate de l’Illinois :  » Qui va nous protéger de Facebook ?  »

Le déplacement de Zuckerberg à Washington est survenu après des semaines de rapports préjudiciables sur les pratiques du réseau social en matière de données. Des informations provenant de 87 millions d’utilisateurs ont été transmises à Cambridge Analytica, une entreprise britannique liée à la campagne 2016 du président Donald Trump. En outre, des agents russes ont utilisé de faux comptes pour semer la discorde et façonner l’opinion des électeurs pendant la campagne.

Débat sur la réglementation

Des démocrates et certains républicains ont déclaré que la solution résidait dans une plus grande réglementation fédérale des plates-formes technologiques, et Zuckerberg a aussi affirmé que certaines mesures gouvernementales devraient être prises. Les participants ont aussi clairement indiqué qu’ils s’attendaient à ce que lui et Facebook leur répondent mieux à bon nombre de leurs questions.

Mais le PDG, âgé de 33 ans, a fait grimper le cours de l’action par sa performance lors de ces audiences. Les actions Facebook ont gagné 1,3 % pour passer à 167,11 $ à 14 h 58 à New York mercredi, après une hausse de 4,5 % la veille.

Alors que certains législateurs ont dit apprécier la coopération de Zuckerberg, d’autres ont dit que le PDG, qui ne s’est arrêté à aucun moment pour demander de l’aide à ses conseillers assis derrière lui, n’a pas été à la hauteur.

« En tant que PDG, vous n’étiez pas au courant de certains faits capitaux », a déclaré Debbie Dingell, une démocrate du Michigan, en parcourant une liste de questions sur lesquelles Zuckerberg a dit qu’il répondrait, allant des « grandes affaires judiciaires concernant votre politique de confidentialité » à « toutes les sortes d’informations que Facebook recueille sur ses propres utilisateurs ».

Greg Walden, représentant de l’Oregon, président républicain du groupe d’experts de la Chambre, a déclaré que Zuckerberg devait rendre compte des « rapports alarmants d’abus de confiance entre votre entreprise, l’une des plus grandes et des plus puissantes au monde, et ses utilisateurs.’’

Alors que les critiques étaient bipartisanes, les membres de la minorité démocrate se sont montrés plus fermes en affirmant qu’une réglementation gouvernementale élargie était nécessaire.

Le représentant Mike Doyle, un démocrate de Pennsylvanie, a déclaré :  » La seule façon de combler ce manque de confiance est d’adopter une loi qui crée et habilite un organisme de surveillance d’experts doté de ressources suffisantes et d’un pouvoir de réglementation pour protéger la vie privée numérique et s’assurer que nos entreprises protègent les données de leurs utilisateurs.’’

Mais le représentant Fred Upton, un républicain du Michigan, a déclaré que la réglementation  » pourrait créer une barrière nuisible à l’entrée pour certaines startups, en particulier celles qui pourraient vouloir concurrencer Facebook ».

Voici un petit aperçu des questions posées à Zuckerberg, qui a révélé que ses propres données Facebook ont été vendues, et de ses réponses :

  • Le représentant démocrate Frank Pallone du New Jersey a demandé une réponse par oui ou par non pour savoir s’il s’engagerait à modifier les paramètres par défaut afin de minimiser la collecte des données des utilisateurs. Zuckerberg a esquivé en disant, « C’est une question complexe qui, je pense, mérite plus qu’une réponse d’un seul mot ». Le législateur a qualifié cette réponse de décevante.
  • Les républicains ont suggéré à plusieurs reprises que Facebook était biaisé contre les conservateurs, ce que Zuckerberg a nié. Le représentant Joe Barton, un républicain du Texas, a sorti son téléphone et a lu la question d’un électeur au sujet de Facebook qui réduit au silence les commentateurs conservateurs connus sous le nom de Diamond & Silk. Zuckerberg a appelé cela une « erreur d’application de la loi » qui a été résolue.
  • Walden a été insistant auprès de Zuckerberg sur la question de savoir si Facebook est une entreprise de médias ou une institution financière, catégories qui ont traditionnellement fait l’objet d’une réglementation fédérale. Il a répondu que c’est « une entreprise de technologie, parce que la première chose que nous faisons, c’est d’avoir des ingénieurs qui écrivent du code et créent des produits ».
  • Facebook offrira aux utilisateurs du monde entier les options de confidentialité exigées par les pays européens dans un règlement qui entrera en vigueur en mai, a déclaré Zuckerberg au représentant Gene Green, un démocrate du Texas. « Tous les mêmes paramètres seront disponibles dans le monde entier « , a dit Zuckerberg.
  • Zuckerberg a déclaré que Facebook a essayé de supprimer les messages faisant la promotion des ventes illégales d’opioïdes sans ordonnance, mais qu’il est impossible pour les moniteurs humains de capter tout le trafic jusqu’à ce que les outils d’intelligence artificielle soient suffisamment avancés pour le faire. « Vous avez dit que vous alliez les supprimer et vous ne l’avez pas fait « , a déclaré le représentant David McKinley, un démocrate de Virginie de l’Ouest.
  • Zuckerberg a reconnu que, dans certains cas, le réseau social recueille des informations numériques sur les consommateurs qui ne sont pas enregistrés en tant qu’utilisateurs. « En général, nous recueillons des données sur les personnes qui ne sont pas inscrites sur Facebook pour des raisons de sécurité « , dit-il.
  • La représentante Yvette Clarke, une Démocrate de New York, a demandé si le manque de diversité parmi les employés de Facebook a rendu le réseau social aveugle aux tentatives russes d’enflammer les groupes minoritaires en utilisant de fausses publications en 2016. « Je suis d’accord pour dire que nous devons travailler sur la diversité », a dit M. Zuckerberg, même s’il a déclaré que les publications de 2016 découlaient d’une incapacité à identifier  » l’ensemble de l’opération d’information russe ».
  • En discutant du rôle d’un professeur de l’Université de Cambridge dans les données volées par Cambridge Analytica, Zuckerberg a déclaré qu’il est nécessaire de déterminer « s’il se passe quelque chose de mauvais dans l’ensemble de l’Université de Cambridge qui exigera une action plus forte ».

L’université du Royaume-Uni a publié une déclaration selon laquelle les conclusions de ses chercheurs sur « ce que les données Facebook d’un individu nous apprennent sur lui » a été publiée « depuis 2013 dans les principales revues scientifiques à comité de lecture ». Elle a aussi déclaré que la recherche comprenait une étude en 2015 dirigée par le professeur Aleksandr Kogan et cosignée par deux employés du réseau social. L’université a dit avoir demandé des preuves à Facebook pour appuyer ses propos au sujet de Kogan, mais n’a pas reçu de réponse.

Soyez le premier à commenter sur "Zuckerberg impassible après deux jours d’audiences au Congrès"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*