La lettre des employés dénonçant le contrat ICE de Microsoft compte maintenant plus de 300 signatures

Ordinateur Microsoft

Les tentatives de Microsoft de minimiser sa collaboration avec l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) n’ont pas empêché le désaccord interne, certains employés étant encore confus et préoccupés par l’étendue des services que l’entreprise fournit à l’agence. En attendant, la lettre dénonçant la coopération de l’entreprise avec l’ICE compte maintenant plus de 300 signatures.

Un partenariat mal vu

Le tumulte a commencé lundi. Alors que le public condamnait la politique de l’administration Trump consistant à séparer les enfants immigrés de leurs familles, les utilisateurs de réseaux sociaux ont découvert un article de blog de janvier, dans lequel Microsoft a déclaré offrir des services cloud à l’ICE et était « fier » de son travail. L’entreprise a déclaré que les services pourraient « aider les employés à prendre des décisions plus éclairées plus rapidement, par exemple en leur permettant de traiter des données sur des appareils edge ou d’utiliser des fonctionnalités de Deep Learning pour accélérer la reconnaissance et l’identification faciale. »

En réponse, une lettre ouverte signée par plus de 100 employés a été publiée en interne et par le New York Times.  » En tant que développeurs des technologies dont Microsoft profite, nous refusons d’être complices » peut-on lire dans la lettre qui demande à Microsoft d’annuler tout contrat lié à l’ICE.

Une remise au clair de Microsoft

Peu de temps après, la PDG Satya Nadella a également publié une déclaration publique, affirmant que le travail de l’entreprise avec ICE « soutenait les charges de travail de gestion des emails, du calendrier, des messages et des documents » et que « l’engagement avec tout gouvernement a été et sera guidé par notre éthique et nos principes ». Nadella n’a pas explicitement indiqué qu’il s’agissait des seuls services fournis à l’ICE, mais a ajouté que l’entreprise ne participait pas à des programmes où les enfants étaient séparés de leur famille.

Pourtant, ces paroles n’ont pas été suffisantes pour tout le monde dans l’entreprise. « En ce moment, des déclarations sont faites, mais il n’y a pas d’action derrière » a déclaré un employé de Microsoft à The Verge. La société a refusé de commenter.

Parmi les questions en suspens pour le personnel : de quoi l’entreprise parlait-elle exactement lorsqu’elle parlait de la reconnaissance faciale ? Et quel que soit le travail qu’elle fait, l’entreprise devrait-elle fournir des services à cet organisme, peu importe leur nature ?

« Je pense que la collaboration avec ICE de toutes sortes… Nous ne devrions pas, nous devrions nous retirer de ce contrat » a déclaré un employé. Le message de Nadella ne traitait pas du tout de la reconnaissance faciale, ce qui a amené certains employés à se demander pourquoi.

Bien que les signataires actuels représentent encore un petit groupe d’une entreprise qui emploie environ 120 000 personnes, leur nombre augmente au fur et à mesure que les inquiétudes s’étendent à tous les départements. « Il y a beaucoup de gens, même au-delà des quelque 300 personnes qui ont signé, qui sont très, très mécontents de ce qui se passe et qui ne sont pas d’accord avec les réponses reçues » a déclaré un employé.

Alors que l’administration Trump a annoncé qu’elle commencera à détenir les familles ensemble plutôt que de séparer les enfants de leurs parents, la pression continue de s’accroître de l’extérieur à mesure que se poursuivent les attaques sur les réseaux sociaux. Un employé a fait remarquer que lorsque Microsoft a récemment annoncé l’acquisition du site de gestion de versions collaborative GitHub, la colère suscitée par l’acquisition par une grande entreprise du favori open-source d’Internet aurait pu provoquer une controverse massive. Au lieu de cela, l’entreprise a échappé à de nombreuses critiques. Soudain, la situation semble très différente.

« En une semaine, ils ont réussi à effacer toute leur bonne volonté » a dit l’employé, « et je pense que c’est ce qui me touche vraiment et m’inquiète, pour de nombreuses raisons ».

Soyez le premier à commenter sur "La lettre des employés dénonçant le contrat ICE de Microsoft compte maintenant plus de 300 signatures"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*